mars 20, 2018

Etudes & analyses sectorielles

Les organismes financiers ont besoin de mesurer le risque qu’ils courent lorsqu’ils financent une entreprise . Pour cela, il leur faut connaître les entreprises et l’environnement dans lequel elles évoluent. Longtemps, les financiers se sont contentés d’une approche fondamentalement microéconomique de l’entreprise : connaissance de ses comptes, de ses projets de développement, de la qualité de l’équipe managériale, mettant au second plan les variables d’environnement. La dimension sectorielle est aujourd’hui de plus en plus prise en compte de façon systématique par les agents financiers. En effet, par exemple, on mesure vite les dangers d’une analyse financière “dans l’absolu” ne tenant pas compte des spécificités de l’activité qui bien souvent laissent leur empreinte sur les structures financières de l’ensemble des entreprises d’un même secteur. Ainsi, l’évaluation des performances financières d’une entreprise a beaucoup à gagner à être opérée sur la base de comparaisons intra-sectorielles.

De même, s’il est clair que le destin d’une entreprise doit beaucoup à des facteurs internes, le caractère plus ou moins porteur, plus ou moins sélectif de son environnement économique, est loin d’être indifférent et constitue un élément important d’évaluation du risque.

Enfin, la pertinence des options stratégiques d’une entreprise ne peut être évaluée dans l’absolu, mais au regard des spécificités du régime de concurrence sectorielle, des stratégies des entreprises concurrentes et, plus généralement, de la dynamique d’évolution du secteur.
L’analyse sectorielle s’est donc ainsi fortement diffusée au sein des organismes financiers, que ce soit au niveau des investisseurs, de la direction commerciale ou de la direction des engagements des banques.

Chaque trimestre le pôle “ETUDES & ANALYSES SECTORIELLES” produit “les baromètres trimestriels des risques sectoriels”, un outil d’aide à la décision qui présente une série d’indicateurs sur différents secteurs d’activité. 

Sont analysés:

  • Les conditions de base du secteur (Evolution de l’offre, de la demande et de l’environnement)
  • La structure du secteur (L’accès aux capitaux, l’accès à de la main d’oeuvre qualifiée, Le nombre de collaborateurs moyen dans les entreprises du secteur, le nombre de recrutement prévu dans le secteur, la progression de la masse salariale)
  • Les performances du secteur (L’évolution du chiffre d’affaires, l’évolution du résultat net, taux de règlement clients, Taux de créances non réglées à plus d’un an, les forces et faiblesses en moyenne des entreprises du secteur)
  • Les stratégies les plus performantes
  • Et Les stratégies d’adaptation

De plus, adossé à ces baromètres trimestriels des risques sectoriels, il est organisé à une fréquence trimestrielle, le colloque trimestriel des investisseurs qui vise à réunir le monde de la finance et le gouvernement du pays hôte, autour de deux secteurs d’activité dans l’optique de trouver des pistes de solutions aux problématiques rencontrées par les industriels et à mettre en avant des acteurs phares et innovants de ces secteurs d’activité.

Afin d’accéder aux baromètres trimestriels des risques sectoriels et/ou participer aux colloques trimestriels des investisseurs, veuillez nous écrire à contactpnr@cabinet-obac.com ou nous contacter au 06 970 48 98 / 06 889 40 40

 

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils